[wp_ad_camp_1][wp_ad_camp_1]

L’aveux d’un brun – Yamina Dali

Eris moi pardon
Tends vers moi
La main
La vie est une honte
Quand elle trace sa fin
Ce n est pas de ma faute
Je suis fils du chagrin..

Il n y’a a plus d excuses
J’ai ai perdu mon pays
Et mille souhaits enfantins
Cet amour clandestin
M’a accablé à lui
On m’a dit
Ceux qui n ont pas
Vécu à leur pays
Ce sont des orphelins
Maman ou es-tu ?
Ecris moi pardon
Serre moi la main
Il ne me reste rien

Ne dis pas attends cheri
Ce discours est accru
De maladresse
On est venu sur terre
Pour semer la joie
Cacher l’amertume
Des cœurs brisés

Ensemble enfants
Unis du monde
Qu’importe la raison
D’assister tous
Maudits ou saints
Rallumez au chemin
Des bougies d’honneur
Pour éclairer la noirceur
Des sanglots humains
Qui dira enfant
Dira fidélité et bonheur
Se nourrissant d’un sein
Ici ou ailleurs
Pour grandir un jour
Et fera naître
La fierté sur terre
Des chants troubadours
Des petits harmonieux
Assemblés forts et faibles
Tuons la mauvaise foi
Qui nous donne l’horreur
D’être vivant
En danger
De perdre nos chers
Et on l’écrit souvent
Sous une voix cassée
Sans savoir où
Comment
Pourquoi les crimes?
Et parler parfois
Au nom
Des humains

À quoi sert le pardon
Quant tout est fini
Nos châteaux de sables
Nos désirs innombrables
Le sourire commun
Autour de la table
Tends moi le verre
Maman
J’ai une soif
De te voir
Une dernière fois
Pour sentir si j’existe
En chair
Ou sur cette page
Qui me soulagera
Quant tu n’es plus là
Souris-moi comme avant
Rends moi la vie..

عن أحمد حضراوي

شاهد أيضاً

سماوات __ الشاعر زيد الطهراوي

“سماوات” : أفتش عن عالم يحتوي بسمة وسماء وأحمله في فؤادي بيادر حب بحجم السناء …

اترك تعليقاً