La révolution du Sang et du Jasmin – Ahmed Hadraoui

traduit par: Jamila Belouali

Alif, lame, mime..
Le poète compose des vers depuis longtemps
Avec la plus belle langue et le plus beau style
Il chante Tunis comme l’alouette
Si le peuple cherche l’oppression
Les Américains sont à ses écoutes..
Alif, lame, mime
Ce système de dérèglement
Est l’allié du tambour des soubrettes
Et de la flûte des danseuses
Leila chante et danse sur la pointe des pieds
Toute heureuse
Devant tout bâtard et tout infidèle
Elle colore la tête du président
Dont les cheveux sont devenus grisâtres
Suite à quoi les humains et les diables
sont tombés en deuil
Le blanc est devenu noir dans son miroir
Leila s’en occupe entre palais et bar
Quand elle a rendez-vous avec ses partis
Et ses commissions
Leila seule chante
Elle est la seule heureuse
Elle coupe les cheveux du prisonnier
S’il demeure longtemps dans les cellules
Depuis des centaines d’années
Et s’il possède encore une langue
Dans le défilé du coiffage
Elle décapite tout un peuple
Un peuple triste
Un peuple que le fil de la prostitution ronge
Depuis qu’il a cru à l’ère de la sécurité
A l’ère de l’ange..

Ce peuple est différent de tous les peuples
Il n’a jamais commis un seul crime sur ses terres
Il n’est pas de sa nature d’entrer dans des guerres
On l’a domestiqué comme un rossignol
On a importé une armée de tourisme
Qui est venue de tous sens
De l’Est et de l’Ouest
Pour le regarder d’un œil suspect
Ses ancêtres sont-ils Qays, Tamime ou Abs
Ce peuple tient tant à ses origines arabes
Et c’est un peuple différent de tous les autres peuples
Le pain et l’eau c’est tout ce qu’il désire
Et quelques médicaments
Et un tissu pour se couvrir
Or, jamais un jour il n’eut ce tissu
C’est pour cela qu’ils n’ont pas pu en tirer
La chemise du loup
Ni l’éclabousser par du sang
La terre est son lit
Le ciel est sa couverture
Et entre terre et ciel
Une bande de gouverneurs
Refusant la bouchée du pauvre
Un peu d’eau pour l’assoiffé
Du médicament pour le malade
Et une couverture pour les nus
Une bande de gouverneurs
Des tanières de stupidité
Une armée d’espions
Ne pouvant comprendre une révolution du sang
Fidèle à son serment..

Du recueil: “des poèmes en période de révolution” ,sujet abordé dans le roman: “Dans les filets de Ahmed Bekheet”.

 

مقالات ذات صلة

اضف رد

You must be logged in to post a comment.