[wp_ad_camp_1][wp_ad_camp_1]

فرنسا ومستنقع الساحل الإفريقي.. حيرة بين الانسحاب والمواجهة – رستم محمود

Au moment de nouvelles attaques des militants contre la population locale au Mali et au Burkina Faso dans l’extrême ouest de l’Afrique, les voix populaires et politiques françaises appelant au retrait des soldats français de cette région ont augmenté après le nombre de soldats français qui étaient les victimes de ces attaques sont passées à plus de 50 soldats.
Les récentes attaques des deux derniers jours, qui ont fait 18 morts et qui ont été menées de la même manière au Mali et au Burkina Faso, ont prouvé aux observateurs que la mission militaire pour affronter les militants dans la région ouest-africaine n’est pas de courte durée, et que la France ne pourra à elle seule diriger les efforts de parrainage international des armées et des services de sécurité. Les pays de cette région, qui comprend le Mali, le Tchad, le Burkina Faso, le Niger et la Mauritanie, qui connaissent depuis près de dix ans une croissance régulière mouvements militants, profitant de leur environnement géographique désertique difficile et de leur structure civile tribale complexe.
Le président français Emmanuel Macron, qui a participé par vidéo à un sommet qui a réuni les dirigeants des pays du Sahel dans la capitale tchadienne N’Djamena, au rassemblement et aux puissances internationales, a déclaré: “La présence militaire française sur la côte africaine va pas de changement dans les mois à venir. ”
Lors d’une conférence de presse tenue après la fin du sommet, Macron a ajouté qu’il avait déclaré à ses homologues africains que: “Sans aucun doute, des changements majeurs seront apportés à notre système militaire dans la région du Sahel en temps voulu, mais ils ne se produiront pas immédiatement. . ”
“Un retrait intensif des forces françaises serait une erreur. Ce serait paradoxalement affaiblir notre système à un moment où nous avons un consensus politique et militaire qui nous permet d’atteindre nos objectifs”, a-t-il déclaré.
À la fin de l’année dernière, la France avait formellement avancé l’idée de la possibilité de retirer sa mission militaire des côtes africaines, par l’intermédiaire du chef d’état-major de ses armées, François Le Quanter, que les observateurs considéraient à l’époque comme un message clair. aux partenaires européens et aux États-Unis, car les orientations de l’administration du président américain de l’époque, Donald Trump, exigeaient une réduction des niveaux de coopération communs aux pays de l’OTAN à l’intérieur du continent.
La France a relativement reculé sur sa position, après avoir reçu des assurances de la nouvelle administration américaine, et après une longue conversation que Macron a eue avec la vice-présidente américaine Camilla Harris, qui lui a fait part de l’insistance de la nouvelle administration à revenir à «l’activation de la coopération militaire à travers l’OTAN, en particulier au Moyen-Orient et en Afrique. »
La France était intervenue pour la première fois dans la région du Sahel ouest-africain en 2012, pour faire face à une «rébellion séparatiste» menée par les tribus touareg du nord du Mali, à travers une opération appelée «Barkhane».
Et bientôt, la guerre s’est transformée en une confrontation entre la France et l’armée régulière malienne d’une part, et des groupes d’extrémistes d’autre part, car ils ont choisi une tactique de dispersion dans les environnements locaux des différents pays du Sahel, notamment entre les nomades. tribus.
Et ces hommes armés ont lancé des attaques séparées contre les avant-postes de l’armée française et les camps de l’armée régulière pour ces pays, et à plusieurs reprises contre la population locale, ce qui a incité les analystes militaires à remettre en question la possibilité du succès des mécanismes de guerre traditionnels pour vaincre ces organisations.
Un rapport du site français La Crosse, intitulé “Opération Barkhane: quelles conséquences si la France se retire des côtes?”, Évoque les inquiétudes des services de sécurité face aux risques que la France fasse ainsi.

عن نصر سيوب

شاهد أيضاً

على طريقة المغول والتتار ومحاكم التفتيش، صحفي مغربي يطالب المحكمة البلجيكية بإحراق كتاب عن سيرته الذاتية كتبه أحمد حضراوي

  عندما يضع كاتب نصب عينيه موضوعا معينا سواء كان شخصية أو حدثا، أو مجرد …

اترك تعليقاً